Tour d'horizon des marchés financiers en ce début d’année

Après les fortes secousses du dernier trimestre 2018, les marchés actions retrouvent des couleurs en ce début d’année 2019, avec un mois de janvier marqué par un rebond général. Simple accalmie ou tendance durable… ? L’optimisme est permis, avec malgré tout quelques points de vigilance.

Les tensions entre les Etats-Unis et la Chine toujours pesantes

guerre commercialeAlors que la trêve conclue entre les deux pays s’achève au 1er mars, les craintes de guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine continuent de peser sur les bourses mondiales. Rappelons que l’enjeu est de taille : les Etats-Unis menacent d’augmenter les taxes de 10 à 25% sur plus de 200 milliards de dollars d’importations chinoises si aucun accord n’est trouvé. Les récentes déclarations de M Trump et de certains officiels chinois entretiennent pourtant l’espoir d’un accord commercial entre les deux puissances. D’autant plus que Donald Trump a besoin d’une victoire politique après avoir été affaibli et critiqué pour l’histoire du « shutdown » le plus long de l’histoire des Etats-Unis. Si un accord semble donc probable à court terme, il est important de souligner que celui-ci risque de n’être que partiel tant les divergences entre les 2 nations sont fortes. Certaines demandes américaines comme la défense de la propriété intellectuelle et l’ouverture du marché chinois ne pourront en effet pas être adressées dans l’immédiat par la Chine.

En outre, l’autre catalyseur positif pour les marchés financiers a été le discours plus accommodant du président de la Réserve Fédérale Américaine (Fed). En précisant que la Fed sera davantage patiente et à l’écoute des risques de dégradation de la croissance, M Powell marque une pause dans son programme de relèvement de taux d’intérêt. Les marchés, qui craignent un resserrement monétaire trop rapide, ont salué cette politique de « wait and see », pour reprendre les propres termes de M Powell. Attention toutefois, les derniers chiffres sur les salaires et les prix ont progressé, et pourraient pousser la Fed à relever ses taux même si les investisseurs n’anticipent aucun relèvement en 2019.

La Croissance Chinoise au ralenti

Si la croissance chinoise, avec 6,6%, a encore de quoi faire pâlir d’envie bon nombre de pays occidentaux, il n’en reste pas moins qu’elle a fortement ralenti, pour se retrouver aujourd’hui à son plus bas niveau depuis près de 30 ans. Autre phénomène inquiétant, le fort endettement des entreprises chinoises laisse craindre une incapacité à rembourser en cas de ralentissement économique. L’Etat chinois, assez peu endetté, pourrait alors décider de nationaliser certains crédits d’entreprise afin de leur donner un nouveau souffle. Sous l’impulsion de la banque centrale chinoise, une reprise de l’économie chinoise n’est pas exclue, il y a fort à parier qu’elle relancerait la conjoncture mondiale.

Le flou sur les conditions du Brexit

 

brexitAu Royaume-Uni, à quelques semaines à peine de l’échéance fatidique du 29 mars et du Brexit, les Britanniques ont vu leur croissance atteindre son plus bas niveau depuis 6 ans à 1,4%. Theresa May souhaiterait renégocier l’accord de retrait entériné fin novembre avec Bruxelles, mais les Européens semblent assez peu disposés à la moindre concession.

Une sortie du Royaume Uni de l’Union Européenne avec «pertes et fracas» ne serait pas sans conséquence sur l’économie britannique et le quotidien de ses citoyens.

 

La politique Italienne inquiète l’EU

Du côté de nos voisins transalpins, la situation n’est guère plus favorable. L’Italie entre en récession (deux trimestres consécutifs de repli de la croissance) pour la troisième fois en 10 ans, payant notamment les incertitudes liées à la politique économique de son gouvernement populiste bicéphale (Le Mouvement 5 Etoiles et La Ligue) qui table sur une croissance 2019 de 1% en laquelle plus grand monde ne croit… Prochaine échéance, les élections européennes pourrait conforter le leadership de Matteo Salvini (La Ligue), provoquer une séparation du Mouvement 5 Etoiles et l’organisation de nouvelles élections nationales.

Malgré les tensions les résultats restent positifs

Finalement, la correction de fin d’année a permis de revenir à des niveaux de valorisations boursières intéressants et les premiers résultats publiés par les entreprises sont globalement bons. Vous l’aurez compris, les opportunités sont bel et bien toujours présentes, mais les saisir implique d’être réactifs et à l’écoute permanente du marché…

Platinium Gestion, partenaire privilégié de la Financière Investissement, met à votre disposition tout son savoir-faire et son expertise en matière de gestion afin de vous accompagner dans vos investissements financiers.

14.02.2019
économie, bourse

Auteur: Antoine Gucemas

Antoine rejoint Platinium Gestion en avril 2018. Précédemment Directeur commercial de la société de gestion Inter Gestion, il bénéficie de plus de 20 ans d’expérience dans la distribution de produits financiers et immobiliers (JP Morgan, banque Robeco, groupe Equalliance, Inter Gestion…). Antoine est diplômé de l’Institut Supérieur du Commerce.