Retour de l'inflation + croissance en berne = stagflation

D’après les prévisions de la banque suisse UBS, un krack boursier sans précédent devrait voir le jour en cas de stagflation. Pour rappel, ce phénomène se caractérise notamment par une inflation forte et une croissance faible. Toujours selon elle, les actions devraient baisser de 10 % à 15 % en cumulé sur 3 ans suite à une inflation soutenue. Par contre, celles-ci pourraient chuter jusqu’à 40 %, voire 50 % si nous faisons face à une stagflation.

Malgré une forte redynamisation post-Covid en début d’année, nous remarquons aujourd’hui un ralentissement inquiétant de la croissance économique. A titre indicatif, les prix à la consommation aux Etats-Unis affichent une inflation à hauteur de 6,2 % sur un an. Pourtant, les prévisions des analystes ne dépassaient pas la barre des 5,9 %. Aussi, rappelons qu’au mois de septembre dernier, ce taux atteignait à peine les 5,4 %. Sans vouloir vous alarmer, le monde n’a plus connu de situation aussi critique depuis près d’une trentaine d’année.

Bien avant le début de l’année, les analystes nous avaient déjà prévenus concernant des faits similaires avec la crise pétrolière des années 70. Pour cause, les prix de l’énergie, des matières premières ou encore du transport aérien connaissent une flambée sans pareille. Actuellement, bien que les taux d’inflation et de chômage soient encore à un niveau assez bas par rapport à ceux de la crise des années 70, il convient de se préparer au pire.

Aux Etats-Unis

En 1975, la contraction économique aux Etats-Unis était de l’ordre de 0,2 %. De leur côté, le taux de chômage avait atteint les 8,5 % et l’inflation s’élevait à 9 %. Aujourd’hui, avec les problèmes d’approvisionnement, les tensions géopolitiques et la forte inflation, la situation à venir demeure plus qu’incertaine. En effet, la croissance économique tend à ralentir indéfiniment alors que l’inflation prend une ampleur excessive malgré les différentes mesures mises en place.

La hausse des prix à la consommation aux Etats-Unis est due notamment à la flambée des prix de l’énergie et aux problèmes liés à la chaine d’approvisionnement. Bien que la Fed tente tant bien que mal de nous rassurer quant au caractère éphémère de ces troubles, le doute subsiste. D’après l’avis de nombreux professionnels, cette forte inflation risque de nous frapper de plein fouet durant toute l’année, voire jusqu’en 2023.

En zone euro

La situation en zone euro est aussi des plus troublantes avec une inflation qui bat son plein (7,5 % sur un an en avril). Si en France, le taux d’inflation sur cette même période était de 4,8 %, il a atteint 7,4 % en Allemagne et même 8,4 % en Espagne. 

Pour le cas de la France, ce deuxième trimestre sera toujours en proie à une inflation persistante d’après les prévisions de l’Insee. Avec un premier trimestre ayant affiché une croissance économique nulle, les trois mois suivants devraient connaître une très légère hausse, à raison de 0,25 %. Concernant le mois de juin, l’institut prévoit un taux d’inflation de l’ordre de 5,4 %.

A en croire ces chiffres, il est plus que temps de commencer à investir et de revoir sa stratégie patrimoniale pour ne pas se retrouver avec un pouvoir d’achat qui s’érode à toute vitesse.

12.05.2022

Auteur: Jean-Marc Meunier

Fondateur de La Financière Investissement, Conseiller en gestion de patrimoine & chef d'entreprises
Retrouvez-nous sur: